De retour d’Ecosse…

De retour d’Ecosse, j’avais  dans la tête une multitude d’images: les paysages , la mer, les villages, les ports grands et petits, les châteaux, les jardins,  les vaches et les moutons, les gens très sympathiques et … la musique.

A notre retour, pour me souvenir de ce voyage, j’avais créé cet ouvrage. Il évoque une cornemuse avec ses pompons qui se balancent au gré des pas du musicien.

C’était, il y a quelques années, mais le son de la cornemuse  est restée dans mon cœur. Peut-être retournerai-je en Ecosse bientôt?

Le jardin est heureux!

Notre jardin est heureux!

Il fait beau, presque chaud. Dans la pelouse, les violettes et les pâquerettes se montrent. Dans les parterres, les narcisses s’épanouissent. Les arbustes commencent à fleurir. Les arbres déploient leurs bourgeons. Les oiseaux chantent, préparent leur nid, tout est joyeux. Même  la tondeuse dit que le printemps est arrivé.

Notre jardin a retrouvé le sourire. Il est magnifique ! Ne laissons pas le temps passé.

Le printemps ne dure pas, il vient, il part, et … il revient. C’est à chaque fois, le même étonnement, la belle surprise après l’hiver. Profitons du printemps !

 

Un paysage au printemps.

L’air change, les couleurs changent, les oiseaux se réveillent. Le printemps est là!

Prendre des tissus japonais, coudre des lignes courbes à la main , matelasser en piqué libre. Regarder, un paysage apparaît. Faire fondre un peu de plastique, y découper des ronds, les appliquer dans le paysage, coucher des fils, on voit des arbres en fleurs. Le printemps est là!

Les violettes, les jonquilles, les narcisses, les pervenches, les anémones , toutes les fleurs font la fête dans les bois, dans le jardin, partout. Les arbres sont magnifiques, en fleurs ou avec des feuilles d’un vert tendre qui disparaît aussi vite qu’il est venu.

Le printemps est là! Profitons-en!

 

Des traces dans la vase.

Se promener dans les marais salants de l’île de Noirmoutier, c’était un moment très agréable. Il faisait beau, pas trop chaud, du soleil, un peu de vent. Et puis, au détour du chemin, j’ai vu des traces dans la vase. Rien d’ exceptionnel, ce sont des traces de pattes d’oiseau: mouette, goéland, aigrette… Je ne sais pas, mais j’aime les regarder, imaginer ce qui a pu se passer là dans la vase. 

Un oiseau était venu là, il n’y a pas très longtemps, ses traces étaient bien visibles. Dans ces marais salants, la vie est très présente: les plantes, quelques arbres, les oiseaux que l’on entend mais qui ne s’approchent pas, les moutons,  les cabanes des paludiers, un peu vides en ce moment.

Les promenades au bord de la mer, c’est à chaque fois, un plaisir renouvelé. Je ne m’en lasse pas quelque soit la saison. Il y a toujours  quelque chose pour s’émerveiller.

Une main ouverte.

J’ai fait cet ouvrage, il y a longtemps. Je l’ai offert, il ne m’appartient plus. Et pourtant, chaque fois que je le retrouve , c’est la même émotion.

 

Des mains ouvertes, brodées, infiniment brodées, des couleurs chaudes, rien n’est triste dans cet ouvrage. La vie y est très présente.

Il est impossible de vivre seul, alors, il faut partager, être solidaire, savoir donner la main, savoir prendre la main qui se tend.

 

Le printemps arrive!

Le printemps arrive! le mois de mars est là, ses giboulées aussi. La lumière change, les oiseaux chantent. Les fleurs commencent à se montrer.

Des envies de promenades, de voyages naissent. Profiter de la lumière, du soleil devient essentiel. Mais parfois, les journées sont encore tristes, il pleut, il grêle, c’est le mois de mars.

Pendant ces jours de printemps où être dehors n’est pas agréable, je lis, je couds, je brode et … je dessine. C’est un petit village comme je l’ imagine au printemps, des maisons et des arbres en fleurs. C’est de la gaieté dans un après-midi tristounet.

C’est sûr, le printemps arrive. Il faut juste être patient.

Un aigle…

C’est un aigle! Je le regarde, je suis amusée, j’ai un peu peur de lui, il est si beau, si grand.

 

Dans le ciel , il est majestueux, rien ne semble pouvoir l’atteindre. Sur la main de son dresseur, il est fier, il regarde autour de lui, il attend sa récompense. Il se moque des spectateurs qui l’admirent.

Il est magnifique, c’est un très bel oiseau, peut-être le plus beau!

 

Au loin… une lumière…

Au loin… une lumière… C’est un phare, c’est la lumière du phare. Elle donne la direction, elle donne de l’espoir!

« Lumières de phare », c’est un tableau carré 30 x 30,  du bleu pour la mer, du jaune et du orange pour la lumière. C’est une rencontre entre la réalité et des couleurs, entre des idées et des ressentis.

J’aime les phares, j’aime le bord de mer… J’aime le bleu et les couleurs orangées .

Que du plaisir, tout va bien!